Blockchain, la nouvelle frontière du crowdfunding

La blockchain est-elle sur le point de réinventer le business model des plateformes de crowdfunding ou à tout le moins de lui trouver un nouveau souffle de développement ?

La bonne idée nous vient des États-Unis et de la plateforme Chroma.fund dont l’architecture repose sur la technologie de la blockchain avec un système ingénieux de smart contracts permettant aux porteurs de projet et aux contributeurs de contractualiser et d’exécuter automatiquement  sans aucun intermédiaire  leurs engagements mutuels. Et c’est là où réside la puissance du modèle.

Goodbye to donations and hello to investment

Tout repose sur l’émission par le porteur de projet de ChromaCoin Bond des « titres cryptographiques » (la société emploie le terme de titre obligataire … ok un peu spécial le titre, j’en conviens !) qui donnent droit à un pourcentage des bénéfices futurs de l’entreprise et ceci à certaines conditions.

Un titre intéressant pour l’entrepreneur qui souhaite rester maître chez lui, les titres ChromaCoin ne donnant pas accès au capital.

Les investisseurs intéressés à les acheter se retrouvent alors détenteurs de ChromaCoinCertificates matérialisés par un smart contract enregistré dans la blockchain (privée ou publique, ou un peu des deux – ce n’est pas clair pour  moi sorry) qui s’exécute automatiquement en fonction de la réalisation de conditions pré-définies à l’émission du titre.

Chroma.fund opère aux USA dans l’état de l’Oregon dont la réglementation (Oregon Intrastate Offering Exemption) autorise une entreprise locale comptant jusque 50 salariés à lever des fonds (250.000 $ max) auprès du public sans condition de revenu/patrimoine (une exception aux USA).

Structure de rémunération / coûts
$200 pour l’état de l’Oregon au titre du prospectus

fees de 2,9% par flux entrant

fees de 5% par flux sortant

chromafund

Vous aimerez aussi...