Dernière ligne droite pour Koho, la banque mobile canadienne !

Le site canadien The Globe and Mail nous livre un bel arrêt sur image de la très attendue banque mobile canadienne Koho.

 

A l’image de nombreuses fintechs, Koho, qui a annoncé le lancement de ses activités pour le 15 janvier prochain, s’attaque aux portefeuilles des banques canadiennes en proposant des services bancaires sublimés à des prix défiants toute concurrence.

Nous ne pensons pas qu’il soit juste que les Canadiens paient des frais bancaires parmi les plus élevés au monde à des établissements parmi les plus rentables au monde – Daniel Eberhard, co-fondateur de Koho

A l’image des fintechs britanniques Atom (qui vient d’accueillir BBVA à son capital), Loot ou Monese, Koho vise la génération Y et semble ne pas s’être trompée de cible à la lumière des 5.000 individus déjà pré-inscrits et pressés d’y ouvrir un compte : moyenne d’âge 29 ans et demi et salaire annuel moyen autour des 70.000 dollars (canadien).

La génération Y, j’en suis et c’est celle que je comprends – Daniel Eberhard, co-fondateur de Koho

Dans la pratique, Koho ne peut pas opérer seule, ce n’est pas elle qui « tiendra les comptes » de ses futurs clients mais bien un établissement financier partenaire qui dispose des licences nécessaires et présente les meilleurs gages en terme de sécurité.

Pour la génération Y, la proposition de valeur de la startup réside donc essentiellement sur des services de gestion de finances personnelles (PFM) innovants et des services bancaires simples du quotidien gratuits ou presque (dépôts, paiements, transferts, retraits dans les GAB du réseau de DC Bank …). Le business model de  Koho repose donc sur l’émission de cartes bancaires prépayées (partenaire Visa) qui doivent lui permettre d’encaisser 1,5% sur chaque achat passé avec ces cartes.

A suivre …

Source : New mobile bank Koho set to join Canada’s fintech crowd – The Globe and Mail

Vous aimerez aussi...