Quand Goldman Sachs flaire la bonne affaire en Inde !

Le fonds d’investissement stratégique de Goldman Sachs, dont le portefeuille de participations compte 75 startups dont 12 en région Asie-Pacifique et une bonne partie de fintech, parie désormais sur l’Inde se mettant en quête des fintech indiennes les plus prometteuses.

D’après The Hindu Business Line, les opérations indiennes du Goldman Sachs Principal Strategic Investments Group seront gérées par une équipe dédiée basée à Hong Kong et la banque se serait mise en parallèle à la recherche d’un centre d’innovation à Bengalore, le centre névralgique des jeunes pousses indiennes qui concentre 41% des startups du pays et la plupart des fonds de capital risque.

Pourquoi l’Inde et pourquoi maintenant ?

L’écosystème fintech indien n’en est qu’à ses prémices et sa croissance devrait être soutenue par la réforme attendue du système bancaire et celle déjà engagée des paiements.

Par ailleurs, il n’existerait à ce jour en Inde aucun fonds Venture spécialisé dans les fintech, un vrai boulevard pour la banque la plus tech de Wall Street.

Une démarche structurée et cohérente

Goldman Sachs serait déjà en pourparlers avec une poignée de fintech et a dévoilé quels pourraient être ses critères d’investissement.

Avec des tickets de l’ordre de 2 à 10 millions de dollars, la banque d’affaires ne tient pas à être majoritaire mais compte bien peser dans ses futures participations en exigeant des postes d’administrateur.

Evidement pas de précipitation pour les stratèges au sang froid de Goldman Sachs qui ne comptent pas plonger tête baissée dans l’océan bleue des startups indiennes.

Pour la fintech ayant le bonheur de se retrouver dans le viseur de l’américain, il faudra d’abord en passer par une première phase de partenariat stratégique, un temps nécessaire pour la banque qui dirige le monde de bien vérifier que les promesses reposent bien sur du réel avec des POC à succès et « verified by Goldman Sachs » en tant que client.

Source : More good news for Indian fintech startups as Goldman Sachs arm enters the fray

Vous aimerez aussi...