Le crowdfunding français de demain, un clone du crowdfunding anglais d’aujourd’hui ?

Les plateformes du financement participatif se réuniront autour de leur écosystème le 29 mars prochain à Bercy à l’occasion de la 3ème édition des assises de la finance participative organisée par l’association Financement Participatif France. Ce sera l’occasion, bien sûr, de revenir sur le millésime 2015 mais surtout d’évoquer les enjeux de ces nouveaux entrants et leurs perspectives de développement.

Pour vous inscrire, c’est ici !

Prenons un peu d’avance sur cet événement …

Prenons un peu d’avance sur cet événement et arrêtons nous un instant sur le cas de nos voisins britanniques. En effet, nombreuses sont les plateformes françaises qui se sont inspirées du modèle anglo-saxon et de leurs champions faisant entrevoir l’opportunité d’entrer un jour dans le cercle des licornes.

Il n’est pas rare d’entendre des voix s’élever pour dire que le rythme de développement des acteurs français du prêt rémunéré n’a rien à envier aux premières heures du crowdlending anglais. On peut toujours émettre quelques doutes sur la pertinence de ce benchmark tant il est vrai que les environnements économiques et financiers français et britanniques présentent des réalités différentes, il n’en demeure pas moins que l’industrie anglaise du crowdfunding est riche d’enseignements et probablement révélatrice du visage du crowdfunding français de demain.

Un rapport qui fait référence depuis 2013

En février dernier, l’Université de Cambridge et l’association Nesta – en partenariat avec KPMG et avec le soutien de la fondation du groupe CME –  publiaient leur rapport annuel sur l’industrie de la finance alternative, la référence en la matière depuis 2013.

Intitulée « Pushing boundaries, the 2015 UK alternative finance industry report », l’étude porte cette année sur les données de 94 plateformes représentatives, selon ses auteurs, de 95% du secteur et permet d’identifier les grandes tendances de cette industrie, d’en analyser les grandes dynamiques, ceci segment par segment dans un environnement qui se densifie et se complexifie (un nombre croissant de plateformes choisissent des business modèles hybrides).

3,2 milliards de £

Partie de rien ou presque en 2010, l’industrie anglaise de la finance alternative (une notion plus large que celle du financement participatif) qui ne comptait alors qu’une poignée de plateformes en dénombre aujourd’hui une centaine, continue à grandir sur la base d’un rythme élevé, aura intermédié pour 3,2 milliards de £ en 2015 contribuant à financer 254.721 projets et a déjà convaincu le million de contributeurs.

Le taux de croissance n’est certes plus celui des débuts, s’affiche en baisse mais à un rythme de +60% l’an prévu pour 2016, l’industrie devrait passer la barre des 5 milliards de £ de fonds collectés sur une année bien que le nombre de nouvelles plateformes qui émergent chaque année ait atteint désormais un plateau (+14 en 2015).

Une industrie en mutation

Le rapport dresse le constat que la finance alternative et son segment du financement participatif viennent d’entrer sensiblement dans une ère d’institutionnalisation des contributeurs posant légitimement la question de savoir ce qu’il restera à terme – si ce n’est tout de suite – de l’ADN originel du principe du financement de la foule par la foule au sens individuel et sociétal du terme. L’industrie est aujourd’hui soutenue par des institutionnels qui arrivent en masse (ils seraient 1.031)  assumant 32% des prêts rémunérés aux particuliers et 26% des prêts rémunérés aux entreprises.

Avec l’institutionnalisation de l’industrie et sa « financiarisation » (utilisation massive des robots automatiques d’allocation de portefeuille par tranche notée d’actifs à risque, sous-représentation des femmes …), les universitaires s’interrogent désormais sur la portée « alternative » de ces modèles.

Pour le dire autrement, la promesse des pionniers d’inventer une forme alternative de la finance est-elle toujours au rendez-vous ?

Des dynamiques claires

Le rapport détaille la performance de chaque segment de marché et permet ainsi de comprendre où en sont les dynamiques et notamment :

Immobilier

Le sous-jacent immobilier progresse sur des bases élevées atteignant 700 millions de £ tout segment confondu (prises de participation et dettes).

Investissement

Le segment de l’investissement (crowdequity) n’a cessé de croître passant de presque rien en 2011 pour atteindre les 332 millions de £ en 2015 (84 en 2014) levés dans le cadre de 720 opérations. Hors immobilier, les auteurs du rapport estiment que les plateformes de « crowdequity » avec leur 245 millions de £ levés contribuent à hauteur de 16% des investissements en capital amorçage du pays.

En 2015, ce segment aura produit ses 2 premières sorties … sur un total de 1.200 opérations bouclées entre 2012 et 2015. Autant dire qu’il est impossible de tirer de conclusions sérieuses sur les TRI attendus.

Entreprises

Le sous-jacent « entreprises » reste un pilier de la finance alternative anglaise. En 2015, 20.000 PME se sont financées grâce à ses différents canaux d’intermédiation levant pour 2.2 milliards de £. Et le rapport de préciser que 14% des nouveaux crédits faits aux petites entreprises en 2015 en Grande-Bretagne l’ont été via les acteurs du crowdlending.

Partenariats

Les plateformes outre-manche se sont engagées dans la construction de partenariats dans l’optique de sourcer les meilleurs contributeurs et les meilleurs projets. Ces partenariats sont passés avec des municipalités, des universités du pays, mais aussi avec de grandes institutions financières (Santander, RBS), un virage qui a été pris par les plateformes spéculatives en France.

Beau bilan … oui mais les plateformes sont inquiètes et le disent.

Elles s’inquiètent des conséquences que pourrait avoir la faillite, fraude ou mauvaises pratiques de quelques unes – inévitables d’après les experts – sur le socle de confiance chèrement acquis à grand renfort de campagnes publicitaires et lobbying. Pour 57% d’entre elles, le risque le plus élevé serait la faillite d’une ou plusieurs plateformes de renom.

Par ailleurs, s’agissant d’un secteur basé sur des process 100% en ligne, elles sont 51% à penser que la cyber-sécurité est l’un des risques les plus importants pour leur industrie.

Vous aimerez aussi...