Où en est Splendit, le P2P suisse des prêts rémunérés aux étudiants ?

Lancé en novembre 2014 par deux banquiers qui portent bien la quarantaine, Michel Lalive d’Epinay et Florian Kübler, où en est Splendit, le P2P suisse des prêts rémunérés aux étudiants et premier du genre ?

Primée fin octobre 2015 dans la catégorie Fintech au pokeRT, j’attendais avec impatience quelques statistiques de la plateforme zurichoise qui fait le choix d’un modèle particulièrement innovant comparé aux plateformes spécialisées françaises centrées sur le don et le prêt solidaire.

Un modèle innovant

En adoptant un modèle de prêt rémunéré basé sur un système d’enchère qui laisse aux étudiants la responsabilité – entre autres – de fixer la limite haute de leurs conditions de financement, Splendit ambitionne de faire naître une nouvelle classe d’actif pour des investisseurs soucieux de placements responsables, durables au rendement également sociétal. On est ici dans l’impact investing et c’est heureux !

Pour en savoir plus sur l’ADN et le fonctionnement de Splendit, je vous recommande cet article de FintechNews.

Une ambition mais une réalité aussi
« Wir rechnen im ersten Jahr mit rund 600 Studenten, die sich durch unsere Plattform für ihre Lebenshaltungskosten während der Ausbildung durchschnittlich 20 000 Fr. für drei Jahre leihen. » – Florian Kübler

Le 18 janvier donc, la startup annonçait sur son blog un premier bilan de son activité  – l’article du blog étant rédigé en allemand, j’avoue ne pas avoir très bien compris si ce bilan était celui de l’année 2015, de 2015 depuis juin ou celui de la plateforme depuis son lancement … enfin les ordres de grandeur sont là !

Alors que ses fondateurs annonçaient en novembre 2014 dans un article du Neuer Bürcher Zeitung leur objectif d’attirer la première année 600 étudiants et d’intermédier pour 12 millions de francs suisses, cette ambition est loin d’être au rendez-vous.

Le chemin est encore long certes mais Splendit devrait pouvoir se faire connaitre et reconnaitre davantage grâce notamment aux partenariats que la plateforme cherche à développer avec le monde universitaire suisse.

 

13
13 étudiants financés – 38% étudient l’économie.
500.000
Pour un total intermédié de 500.000 francs suisses (450.000 euros).
5,7%
Le taux d’intérêt annuel moyen.
2
Le financement le plus rapidement bouclé l’a été en 2 jours, il s’élevait certes à un petit 5.000 francs suisses. Notons qu’un nombre important des demandes serait financé avant le terme des enchères.
3 à 7
Le nombre d’investisseurs par étudiant.
0
La plateforme n’enregistre à cette date aucun défaut de paiement.

Vous aimerez aussi...