La vérité de la Génération Y sur la banque de demain !

Ils s’appellent Faiza, Mehdi, Rémi, Ella, Marion, Baptiste, Samuel … Ils sont une quarantaine en ce mercredi 20 décembre à ouvrir le grand livre des Fintech. Ils sont étudiants à l’IAE de Bordeaux, terminent leur cursus universitaire, ont appris à analyser, à financer, à structurer et sont sur le point de s’engager dans un monde des affaires en mutation.

Ils sont jeunes, intelligents et curieux. Certains veulent changer le monde, d’autres saisir tout un monde d’opportunités.

Ils nous ressemblent beaucoup en apparence mais sont tellement différents de ce que nous étions à leur âge ! Ils sont connectés, participatifs, complices, interactifs, absorbent la contradiction, restituent des idées en retour, s’entraident, rient de bon cœur, jouent le jeu !

Je suis à chaque fois frappé au cœur de découvrir ces « Millennials » – dont on nous dit qu’ils sont nativement digitaux – placer spontanément l’humain et l’empathie au sommet de leur référentiel.

 

Frappé au cœur de les voir se projeter loin des frontières du numérique portant leurs regards sur des terrains d’humanité soucieux des impacts de l’intelligence artificielle.

En cette journée girondine inondée d’un soleil d’hiver, me voilà – face à cette génération pétillante – invité à les entrainer dans un voyage de découverte, celui des nouvelles technologies de la finance.

Ils me laisseront tout au long de cette traversée des dizaines de post-it sur l’image qu’ils se font de la Fintech d’aujourd’hui et sur la vision qu’ils ont de leur banque de demain.

 

Loin des discours des experts, des tendances des influenceurs, ils livrent une vérité, la leur, sans filtre et inspirante.

A la fois financière et technologique, ils définissent la Fintech comme une jeune entreprise innovante mais de nature disruptive insistant sur la nature nouvelle de leur technologie embarquée laissant entrevoir qu’il en existe de plus anciennes à écarter les jugeant trop éloignées des véritables enjeux de rupture.

La Fintech est à classer dans leurs vecteurs de progrès par sa capacité à améliorer un existant et à révolutionner des segments entiers de marché, valorisant de facto le dégroupage de la chaine de valeur de toute une industrie. A ce titre, la Fintech est assimilée à une machine à repenser les services financiers aussi par la révolution des usages.

Elle apparait également comme un indicateur avancé de l’avenir d’une industrie en cours d’ubérisation dont les nouveaux développements de demain se feront par des canaux numériques, en ligne, et sans point de vente physique.

Voilà bien une génération paradoxale avec l’humain au cœur mais pas au centre, ce qui me fait dire qu’elle est un connecteur entre deux mondes, celui qui meurt et un autre qui nait.

 

Si leur banque est dématérialisée, proche d’une virtualité éloignée du physique, elle est surtout vue comme adaptée à nos besoins de demain.

C’est donc bien une génération de transition pragmatique, agile et à l’écoute, sachant pivoter qui s’exprime ici. Et c’est heureux car au final c’est bien elle qui conduira la transformation des modèles de nos économies sur les quarante prochaines années.

La voilà enfin dessinée, cette banque du futur, la leur, définitivement affranchie du modèle intégré producteur – distributeur pour interfacer chez elle les meilleurs services des innovateurs de rupture, les plus performants, les plus inclusifs aussi.

Elle a entrainé de fait la sous-traitance de pans entiers de la banque de détail telle qu’on la conçoit aujourd’hui.

 

C’est donc une institution personnalisable et personnalisée, rapide dans la décision et l’action mais surtout fondamentalement nourrie de la relation qu’elle préserve férocement tout en déportant sur des sous-traitants de produits ou d’usages la responsabilité de réinventer la « banque du détail » …

… et voilà qu’apparaissent au bout de ce voyage les contours d’une banque des fonctionnalités et des « relationalités » !

 

Merci à la promotion 2017/2018 des étudiants en Master 2 « Ingénierie Financière et Opérations de Haut de Bilan » de l’IAE Bordeaux ! Vous avez été tout simplement formidables et inspirants.

Vous aimerez aussi...